!!! décembre 2017 × l'enquête stagne, de nombreuses battues sont organisées. le "monstre" rode. (+)

août 2017 × des cas d'assassinat créent une vague de panique dans l'archipel. (+)

mai 2017 × début de la vague d'agressivité des pokémons sauvages.


vous pouvez proposer des missions et des ordres auprès des fossiles, vous serez récompensés de 100₽ ou 5pts EXP.
daylight
www
mp
dr.feelgood
www
mp
vous ?
www
mp


×


where is mon salamèche ▬ aramis.

 :: le petit plus :: archives :: archives rp Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Sam 27 Mai - 15:14
ft. aramis.

Tu avais une sainte horreur de ce genre de ville. Port Lokhlass avait cette particularité d'être touristique. Beaucoup trop touristique. Une mine de clients, tu avais déjà dénicher par mal de commande parmi des touristes de passages qui avait souhaiter ramener un souvenir bien vivant de leurs vacances. Pour autant, cette fois, tu n'étais pas là pour ça. Le fait est qu'il fallait bien que tu manges, toi aussi. Azel aussi, d'ailleurs. Tu ne vivais pas en ville, non, toi, tu avais tout simplement préférer t'éloigner des autres, et de la civilisation elle-même en vérité. Alors, de temps en temps, il fallait que tu sortes le nez de ton terrier histoire de faire le plein, même si tu n'aimais pas ça. Et oui, faire du shopping, ce n'était pas spécialement ton activité favorite. D'autant qu'ici, près de l'eau, il avait tendance à faire beaucoup, mais alors beaucoup trop lourd à ton goût. Une horreur, surtout avec tous ces touristes qui investissaient les rues peu étroites, et qui ne faisaient jamais vraiment attention à qui ils pouvaient bien bousculer dans leur enthousiasme que tu avais tendance à vomir.

« Ne t'éloignes pas Azel. » Manquerait plus que tu la perdes dans la foule celle là aussi. C'était ta hantise depuis bientôt une heure, d'ailleurs. Tu ne faisais que te retourner, ou même t'arrêter au beau milieu de la rue pour vérifier qu'elle était bel et bien toujours là, à tes pieds ou au moins derrière toi. Oui, c'est vrai. Tu aurais pu tout aussi bien la garder dans sa Pokéball. Mais toi, encore une fois, tu ne faisais jamais rien comme tout le monde et même si tu utilisais ces choses pour capturer tes Pokémon, tu ne les utilisais pratiquement plus une fois que tes compagnons étaient avec toi pour de bon. Les Pokémon n'étaient pas fait pour rester enfermer quand ça arrangeait leur dresseur. C'était ta façon de penser. Et tu avais fonctionner comme ça depuis ton enfance.

Tu lâches finalement un lourd soupire. Les bras chargés de paquets, tu en as marre cette fois. Tu aimerais rentrer, maintenant, mais tu sais que tu n'as pas tout à fait terminer et qu'il te manque encore un peu de nourriture pour Pokémon … puisqu'évidemment, tu es bien incapable de cuisiner quoi que ce soit, autant pour toi, que pour Azel. Du coup, même si tu crèves de chaud, même si tes bras commencent à faiblir, tu sais que tu vas encore devoir endurer ça un bon quart d'heure, sans compter l'heure de marche pour le retour jusqu'à ta vieille cabane dans le bois. « Bon on va chercher ta bouffe et on -- » Ah. Voilà que ton cœur rate un battement. Elle n'est plus là. Ni derrière, ni à tes pieds, ni même près de toi. Ta Salamèche à tout bonnement totalement disparu. Tu coup, chargé comme un Tiboudet, tout ce que tu trouves à faire c'est hurler son nom en faisant quelques pas dans une direction random … et bien sûr, la moitié des touristes que tu croises ne fait pas attention à toi. C'est pas gagné, n'est-ce pas ?
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Sam 27 Mai - 18:48
heredoc island ranger
•••

Ne vous éloignez pas, vous deux.

Tu finissais de ranger ton matériel, mais rien à voir avec ton rôle de ranger. T'es plutôt bon en mécanique, en réparations, et t'étais passé aider un mec sur les quais. Un ancien qui avait eu besoin de l'aide des rangers, un jour. Son bekipan avait été attaqué par un sharpedo. Pas très joli, tout ça. Il t'avait appelé, parce qu'il connait ton amour du travail bien fait, et ton savoir-faire avec les engrenages et autres petites pièces.

Parangon et Archimède sont posés près de toi, alors que tu serres les sangles de ta sacoche. Tu serres une main amicale, souris au visage buriné par la mer, et t'éloignes de cet atroupement du port. Tu n'aimes pas trop être aussi proche des gens - ça t'effraies même un peu. Tu restes à l'écart, tout au bord du quai, jusqu'à t'en éloigner d'un mouvement ample. Alors que tu remontes une petite ruelle, un petit cri te fais sursauter - les gens autour ne semblent avoir rien entendu. As-tu rêvé ? Mais déjà, Parangon le balbuto s'approche d'un immeuble : dans la cour, sous un arbre battu par le vent, est assis une salamèche à l'air renfrogné.

Tu n'en reviens pas - la détresse et le mécontentement qui émanent de la pokémon de feu n'atteignent nullement les touristes, ou alors ils font semblant de ne rien voir. Pestant contre cette société bien peu glorieuse, tu t'approches de la bestiole. Hep hep hep, salut toi. T'as l'air plutôt mal à l'aise - tu as fui la foule, aussi ? et tout en dévisant, tu sors de ta sacoche le paquet de gâteaux que tu réservais à votre consommation, tes pokémons et toi. Le sens du partage fait partie de tes qualités, faut-il croire. Tu t'asseois près de la salamèche et lui souris en la voyant engloutir la friandise. Tu as un dresseur ? Il doit te chercher partout, non ? Je suis ranger, tu vois ? Ce qui veut dire que je dois porter assistance à tout ceux dans le besoin dis-tu en pointant du doigt ta veste où l'insigne des géo-contrôleurs est gravé. Tu peux monter sur mes épaules, et on va le cherche, ton dresseur, tu vas voir.

L'idée semble l'amuser. Par contre, elle pèse son poids. Tu grimaces, ne dis rien, et vous commencez à arpenter la foule, à ton grand dam. La salamèche pousse de petits cris, pour appeller l'être aimé - on se croirait en période de reproduction. Bizarrement, vous attirez pas mal l'attention, et tu te sens rougir, en te rapprochant de nouveau du centre touristique, sous les regards curieux et réprobateurs. Mais tu fais ça pour la bonne cause, nan ?
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Sam 27 Mai - 21:50
ft. aramis.

Manquait plus que ça, hin, Ethan ? A croire que t'as la poisse. C'est sans doute la pire chose qu'il pouvait t'arriver aujourd'hui, et il avait fallu que ça te tombe dessus. Maintenant, te voilà totalement bloqué. T'es seul. Tu ne sais pas où fiche tout ce que tu portes dans les bras, alors, tu te sens obligé de faire demi-tour et difficilement tu te frayes un chemin à travers la foule épaisse. Tu progresses lentement, tout en appelant Azel. S'éloigner de toi ce n'est pas dans ses habitudes, elle avait du être bousculée et toi, tu n'avais rien remarqué. Tu te sens coupable, maintenant. Tu n'allais tout de même pas perdre un autre Pokémon, n'est-ce pas ? Ce serait bien trop pour toi. Perdre ton Typhlosion t'avait déjà plonger dans une espèce de phase végétative. Tu n'avais rien avaler durant des jours, tu n'avais d'ailleurs pas bouger de chez toi non plus. Une vraie larve. Alors, c'est limite si tu paniques pas actuellement. Limite si t'as pas envie d'aller te fiche dans un coin et de te rouler en boule comme un fragile que tu n'es pas. Surtout que ça pèse lourd, ton bordel, que tu te fais bousculer et que ni ton fardeau, ni ton air totalement paniqué n'ont l'air de déranger le monde qui t'entoure. Nouveau soupire. Lourd, cette fois. Très lourd. Où est-ce qu'elle est ? Elle doit te chercher. Tu le sais. Ou t'attendre quelque part. Tu l'as pas depuis longtemps, mais elle est attachée à toi. Tout comme tu l'es à elle.

« AZEL. » Tu hurles son nom encore une fois. Et puis … et puis tu la vois. Elle est là. Presque à ta hauteur, à quelques pas de toi. Elle pousse des petits cris plaintifs qui tu le sais te sont destinés. Alors, tu redoubles d'efforts. Et maintenant, tant pis, c'est toi qui bouscule les touristes pour l'atteindre. Tu ignores les plaintes de ces derniers et tu appelles de nouveau ton Pokémon qui cette fois tourne enfin la tête vers toi. Une fois à sa hauteur, elle saute des épaules de l'inconnu qui la portait pour venir se percher sur les tiennes. Un poids ajouté à celui que tu supportes déjà difficilement, mais tant pis. Tu es trop heureux de l'avoir retrouvé. Qu'elle y reste, sur tes épaules, au moins tu risques plus de l'égarer maintenant. « T'étais passée où enfin ?! » demandes-tu alors qu'elle se blotti dans ton cou. Elle a eu peur … La voilà toute fébrile. « Aller, ça va. Je suis là maintenant. » Elle ne bouge plus. Et toi, tu lèves enfin les yeux sur le jeune homme qui portait ton Pokémon. Tu supposes qu'il faut le remercier ? Après tout, il semblait te chercher, ou du moins aider Azel à te retrouver. Alors … soyons aimable. Autant que tu le peux, quoi. « Merci. » lâches-tu. Tu peux sembler brutal, d'ailleurs. Le fait est que tu ne sais pas faire preuve de délicatesse et que les échanges avec les gens ne sont pas ton fort. Surtout les inconnus. « De me l'avoir ramener. » Bon, c'est sans doute déjà un peu mieux. Maintenant, tu hésites. Est-ce que tu peux partir ou bien … tu lui dois encore quelque chose ? Sans doute. C'est pas rien, te ramener ton Pokémon quand même alors bon. Tu grimaces légèrement, et puis tu remarques l'insigne. Les pseudos rangers de l'archipel. Ceux là, généralement autant dire que tu les évitent. Ils aiment pas spécialement les chasseurs. « Vous êtes Ranger ? » Ça explique tout. Secourir les Pokémon en détresse c'est leur boulot à ces gens là.
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Mar 30 Mai - 11:44
heredoc island ranger
•••

Tu fends la foule de ta haute taille, avec la salamèche qui parcourt le monde de son regard angoissé. Tu sens la tension dans ses pattes, près de ta tête ; tu sens la chaleur de sa queue dans ton dos. Elle crie - de petits cris qui te semblent enfantins. Elle cherche de tout son corps, de tout son coeur son dresseur. Qui qu'il soit, en tout cas, elle l'apprécie, elle l'aime. Puis, soudain, elle s'agite - et tu remarques, acuité visuelle dû à tes missions qui te demandent vigilance constante, un homme qui fend la foule, pousse, déterminé à approcher. Il a l'air ... disons, pas méchant, mais ... sévère. Tu lui trouves un petit air des méchants dans les films, même si son visage a un côté très séduisant. Enfin, sûrement séduisant.

Tu les laisses se retrouver, tu te sens même un peu de trop. Archie flotte dans ton dos, intimidé par le nouveau venu - un peu comme toi, en fait. Tu les regards, avec l'impression d'être un voyeur, alors tu baisses les yeux. Tu finis par les lever, au remerciement, et tu souris - la réponse habituelle, réflexe : Je vous en prie. Sa façon d'être semble brusque, un peu désordonnée, mais ça te gêne pas. Toi, t'es le calme incarné, tranquille, les mains dans les poches, ne sachant plus quoi faire de tes dix doigts maintenant que t'as sauvée la petite salamandre de feu. La remarque est un peu froide - ou alors tu te fais des idées ? Tu bombes, involontairement, le torse - fierté dans les prunelles.

Oui, m'sieur. Puis, tu corriges. Enfin, bientôt. Examen final dans trois semaines, m'sieur. Léger sourire, timide. Tu ne sais pas si tu dois te présenter - après tout, maintenant qu'il a retrouvé sa salamèche, il va partir. Tu ne l'intéresses pas - c'est normal, tu es un inconnu. Content que vous vous soyez retrouvés. Elle avait l'air perdue, sans vous. Tu penches la tête de côté, puis grimaces en voyant la foule qui vous entoure, vous évite sans vous heurter, présence omnisciente qui ronge la liberté de tes mouvements.

J'm'appelle Aramis, et voici Archie. Vous ne serez plus des inconnus. Peut-être même que vous pourrez tous faire connaissance. Tu dois sûrement t'imaginer le regard un peu plus sévère de l'homme face à toi. Les gens, les Rangers, ils aiment bien, non ?
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 1 Juin - 11:50
ft. aramis.

Il te répond. Si fièrement. Et il te semble qu'ils sont tous à peu près comme ça, les pseudos rangers de Noc'Nihili. Fiers. Peut-être bien qu'ils ont leurs raisons, mais toi, tu peines un peu à les apprécier. En général, ces gens pourchassent les gens comme toi. Tous dans le même panier, c'est comme ça qu'ils font avec les chasseurs, les mercenaires, peu importe comment on vous appelle. Ouais, c'est vrai. Certains chasseurs n'ont pas ta patience, ni même ta délicatesse ou encore, ton sens de la … droiture dirons nous. Certains chasseurs ne sont ni plus, ni moins que des braconniers qui ne se fatiguent même pas à acheter des Pokéball pour faire leur boulot, mais qui se contentent de poser des pièges, pas toujours indolores un peu partout sur les îles. Imaginez la tronche des Rangers, quand ils retrouvent un Pokémon la patte écrasée dans un piège. Ça vous donne mauvaise réputation. Toi forcément, tu n'es pas adepte de ses pratiques. Tu fais le dur, comme ça, mais tu ne ferais pas de mal à un Pokémon à moins d'y être obligé par la force des choses. Tes captures, tu fais ça dans les règles de l'art. Un combat, des Pokéball. Et tant pis si parfois tu perds. Tant pis si tu mets un peu plus de temps. Toi au moins, t'as la conscience tranquille.

« Enfin, bientôt. Examen final dans trois semaines, m'sieur. » Une jeune. Une nouvelle recrue. Mine de rien, il est courageux. Il y a quelques temps, tu étais le premier à dire que ces gens là étaient payés à rien faire. Il ne se passait rien, dans l'archipel, avant que les Pokémon ne deviennent dingues et ne se mettent à attaquer tout le monde. Maintenant, c'était différent. Ils avaient du boulot. Et un sacré boulot. Risqué, en plus. Les premiers à se jeter dans la mêlée dans cette espèce de guerre un peu bizarre. Toi, t'évitais ça au contraire. Sauf quand il s'agissait d'argent. Bien entendu. Tu ne réponds pas. Tu te contentes d'une … espèce de grimace, que tu tentes de dissimuler ce qui au final, doit rendre la chose un peu plus flagrant. « Content que vous vous soyez retrouvés. Elle avait l'air perdue sans vous. » Mh. Tu jettes un œil à ta Salamèche, toujours blottie dans ta nuque. Elle ne bouge plus maintenant. Elle a du avoir une sacrée frousse, elle est un peu secouée. Il faut dire que ce devait être l'une de ses phobies … la solitude, l'abandon. Elle avait déjà été abandonnée, toute jeune, alors qu'elle n'était qu'un bébé. Récupérée par la pension d'Héréroc, tu étais passé au bon moment, pour la prendre sous ton aile et depuis, elle s'accrochait fermement à toi, et surtout, elle donnait le meilleur d'elle-même. De peur sans doute que tu ne l'abandonnes à ton tour. « Elle est jeune. » Dis-tu simplement. C'est que tu n'allais pas raconter ta vie, ni même celle de ton Pokémon. C'était pas ton style. Tu aimais faire planer le mystère autour de toi. De toute façon, tu ne pensais pas avoir une histoire passionnante. « Elle a besoin de repères. Les perdre … ça a du lui faire peur. » Bref. Heureusement qu'elle avait été trouvée … et par quelqu'un de bien intentionné, d'ailleurs. C'est que les Chasseurs étaient nombreux dans le coin, et un Salamèche seul comme Azel aurait été une aubaine pour chacun d'eux tout simplement parce qu'on ne trouvait pas de Salamèche, normalement, sur les îles. Elle se serait revendue à prix d'or … Au moins pour une Pépite. Mais c'était la tienne. De pépite.

« J'm'appelle Aramis, et voici Archie. » … Archie. Tiens. Tu ne l'avais même pas remarqué, ce Brocélôme avant maintenant. Même s'il fait un peu tâche dans le décor de la rue, il est mine de rien visiblement doué pour ce cacher. Le propre des Pokémon spectre en somme. D'ailleurs, maintenant, tu en viens à te dire que ce duo est particulièrement atypique. Les Pokémon spectre avaient tendance à être un peu bouder. Ils inspiraient la peur, la crainte, voir l'horreur. Tu avais très peu de contrat sur ces créatures … Et ce jeune homme. A l'air un peu timide, mais joyeux et souriant tout de même, se trimbalait l'un d'entre eux comme une petite fille un Dedenne. Étrange. « On voit peu ces petites choses là. » Fais-tu remarquer, en désignant le Pokémon. Et puis, tu te décides tout de même à te présenter comme il venait de le faire. « Ethan. » Commences-tu par dire simplement. « Et elle, c'est Azel. »
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 1 Juin - 13:30
heredoc island ranger
•••

Aider les pokémons, c'est à la fois ta nature et ton devoir, ton travail. Jack et toi, vous faisiez une bonne paire - deux joyeux lurons. Et t'avais jamais l'impression de travailler. Avec m'sieur Isaïah, c'est autre chose. C'est moins paternel, de ton côté du moins. Bizarre à dire. Bizarre à penser. Tu te demandes si il serait content que t'aies aidé une salamèche perdue. Sûrement. Mais tu t'en vanteras pas, t'es pas comme ça. Trop timide pour reconnaître tes bons points.

Tu remarques pas la grimace, tout occupé à penser à ce que t'es, ce que tu vas faire après, à la salamèche. T'es tourné sur toi-même, t'es un gamin, pas égoïste mais parfois pensif. Tu te contentes de sourire, poliment. T'essayes de pas juger les autres à leur couverture, parce que t'aimerais pas qu'on te le fasse. Oeil pour oeil, dent pour dent, ou quelque chose comme ça.

Il a la voix grave, ce monsieur. Tu hoches la tête, avec un coup d'oeil vers la demoiselle pokémon. Elle a l'air bien contente de son perchoir. Tu te dis, naïvement, qu'un pokémon qui aime son dresseur comme ça, c'est que ça doit être un mec bien. Oui, je comprend. Nous sommes pareils -
une fois nos repères partis, disparus, tout n'est que ténèbres et incertitude.
Tu hausses les épaule, avec un coin de sourire penaud - t'avais pas voulu dire tout ça, surtout pas comme ça, lyrique, bizarre. T'as l'air du mec qu'on a pincé en train de mettre le feu aux poils du chacripan. Tu préfères en venir à te présenter, ça ira mieux.

L'inconnu a l'air étonné de voir Archie. Tu jettes un coup d'oeil au fantôme - non, pourtant, il se tient bien, pas de grimace ou d'ombres pour faire peur. Sa remarque te fais pencher la tête sur le côté - ah ? Les spectres c'est rare, ou les brocélômes ? Pas le temps de se questionner, ils se présentent, ou plutôt Ethan se présente et présente Azel.

Enchanté de vous connaître. Il a pas l'air loquace. T'as rien contre les bavards, mais t'es taciturne de nature. Quoi que, tu fais des efforts par politesse. Vous trouvez rare de voir un fantôme, ou un brocélôme ? Archie se fige sur ton épaule, comme si il y pesait réellement de tout son poids. Tu sens une volute de son corps intangible te frôler. Les salamèches non plus ne courent pas les rues. Tu souris à la pokémon de feu ; tu l'aimes bien. Tu les aimes bien, en fait. Ils ont l'air sympas.
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 8 Juin - 10:26
ft. aramis.

« Oui je comprend. Nous sommes pareils, une fois nos repères perdus tout n'est que ténèbres et incertitude. » Étrange, comme cette phrase un peu trop lyrique, voir poétique à sa façon fait écho dans ta tête. Ténèbres et incertitude. Tu connais bien. Tes repères, tu les avaient perdus, une fois. Tu étais si jeune. Tu avais eu si peur. Peur d'être perdu à jamais. Peur d'être seul à jamais. Peur d'être dévoré, aussi. Et puis naïvement, peur de ne plus revoir la famille qui ne voulait plus de toi. Bien sûr, tout ça s'était estompé, avec le temps. Du moins en partie. Tu n'avais jamais vraiment retrouvé ta stabilité. En fait, tu vivais avec cette impression de marcher sur des œufs en permanence. Comme si tu t'attends chaque jour à ce que la vie que tu avais péniblement réussi à te bâtir s'effondre à nouveau comme un vulgaire château de carte sous une brise légère. Pas facile d'être toi, encore moins facile de porter le fardeau de ton histoire. Mais tu ravales tout ça. Ce mélange de peine, de colère et de haine qui te fais serrer les poings et te redresser légèrement, faisant rouler tes vertèbres sous la peau de ton dos. Maintenant, t'as sans doute l'air encore plus imposant. Avec ton Salamèche – qui mine de rien pèse son poids – sur l'épaule, et ton chargement de courses dans les bras. « Enchanté de vous connaître. » Tiens donc. C'est bien la première fois de ta vie que t'entends quelqu'un te dire ça, et surtout, c'est bien la première fois de ta vie que tu tombes sur un Ranger content de te voir. A ta décharge, c'est qu'un gosse. Et surtout, il ignore tout de toi parce que comme d'habitude, tu te plais à conserver mystère et secrets autour de toi. « Vous trouvez rare de voir un fantôme, ou un Brocélôme ? » Ah. Maintenant, tu hausses les épaules faisant légèrement bouger Azel qui relève la tête. « Les deux, en réalité. » Ouais, enfin si tu te fis à tes expériences du moins. C'était pas courant de voir quelqu'un avec un tel Pokémon. Et puis, c'était encore moins courant de voir un jeune homme, avec un tel Pokémon. Tu voyais plus les vieux, avec ça. Un truc symbole de souvenir. Ouais … les Pokémon spectres ça collaient bien aux seniors, et puis aux gens bizarres. « Les Pokémon spectres ne sont pas les plus … demandés. » C'était comme ça, et puis, c'était pas plus mal en un sens. Pour les choper, il fallait s'aventurer dans le cimetière, ou dans ce vieux manoir dégueulasse et affreusement glauque. C'était pas le genre de mission que tu préférais, clairement. « Les Salamèche non plus ne courent pas les rues. » Non. C'était vrai. En fait, tu n'avais jamais croiser de Salamèche sauvage depuis que tu sillonnais les îles … peut-être que ça voulait dire qu'il n'y en avait pas. La seule que n'avais jamais vu se trouvait sur ton épaule et tu la devais à la pension d'Héréroc à qui elle avait été confiée. « Je ne crois pas qu'il y ait de Salamèche à Noc'Nihili en réalité … je passe mon temps à à sillonner ces îles pour mon travail. J'en ai jamais rencontrer à l'état sauvage. » Tu lèves une main, pour venir caresser la tête de ton Pokémon, qui bien sûr semble apprécier l'attention que tu lui offres. « Azel est unique... » soupires-tu.
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ad vitam aeternam :: le petit plus :: archives :: archives rp-